Agence de rencontre

Consulter mon dossier

Articles - Conseils de l'expert

 

L'expert en relation amoureuse et ses conseils utiles

La vie à 2 c'est tellement mieux si on s'aime pour vrai ! 

 

 

 

5 Décembre 2018 à 18:30
Piégé dans l'univers virtuel - On arrête ou on continue?
Piégé dans l'univers virtuel - On arrête ou on continue?
Description

 

Entre le vieux modèle d'autrefois et le modèle du couple actuel - il y a une marge énorme!

 

 

Les célibataires sont confrontés à une autre réalité

 

 

Actuellement, le taux de célibataires au Canada n’a jamais été aussi élevé. Juste au Québec, il y a plus de 30% des gens qui sont seuls. Les sites, les applications, les agences de rencontre proposent des milliers de profils…et statistiquement, seulement 15% vont choisir la bonne personne pour partager leur vie amoureuse.  

 

 

Pourquoi ?

 

Plusieurs facteurs entrent en compte. Les femmes ont des attentes différentes, les hommes sont déstabilisés par ses changements et les deux ont la peur au ventre d’être déçus et/ou de gâcher de belles années avec un mauvais choix.

 

Le plus gros du problème provient d’ailleurs de la « quantité de profils » disponibles sur Internet. Ce phénomène nouveau laisse croire qu’on a le luxe de choisir…mieux et d’attendre.

 

 

Mais, qu’est-ce qui a réellement changé?

 

C’est l’évolution de notre « modèle du couple » qui a provoqué le plus grand du bouleversement au cours des dernières années. Et, c’est beaucoup les femmes qui ont exprimé leur ras-le-bol du vieux modèle de séduction…ce qui a créé, en quelque sorte, une obligation à l’élargissement et un droit de choisir autre chose…une liberté accordée.

 

 

L’impact du désir - « Tout d’un coup que je pourrais trouver…encore mieux… »

 

Tout ce changement est évolutif et tout ce qui nous fait évoluer est positif - sauf que trop de choix et de liberté n’apportent pas plus de bonheur.

 

Aujourd’hui, ces milliers de choix de célibataires en ligne ne font qu’augmenter la peur de passer à côté de « quelqu’un d’encore plus excitant » – Le doute paralyse la personne face à son choix final...son hésitation finit par la convaincre qu’elle préfère attendre que de se contenter de moins…mais moins de quoi en fin de compte? Moins d’amour?

 

Homme ou femme – chacun attend de son côté de trouver l’objet de ses désirs - la personne parfaite « à leurs yeux » - sauf que cette position entraine encore plus de confusion et d’incertitude entre le « moi » et « l’autre » - il y a une autoroute de compromis à faire pour arriver à être un couple.

 

 

« Le paradoxe du choix »

 

Face à une multitude de choix, sachez que notre cerveau s’épuise.

 

Le plus bel exemple pour imager cette situation actuelle des célibataires est le paradoxe de l’âne de Buridan : cette histoire raconte qu’un âne est mort de faim faute de choisir - entre un seau d’eau et un seau d’avoine ! Il a tellement attendu, qu’à force d’hésiter entre ses deux désirs - il est mort sans avoir profité ni de l’un ni de l’autre.

 

Même si cette légende pousse le dilemme à l'absurde – elle expose parfaitement le paradoxe de la liberté de choisir poussé à l’extrême - pour obtenir finalement que la « liberté d'indifférence ».

 

La morale de cette histoire est : un humain qui fait face à trop de possibilités est toujours mieux de choisir le plus grand bien.

 

 

Nos critères face à l’autre sont-ils démesurés

 

Aujourd’hui, on attend et exige beaucoup d’une seule personne – on veut vivre l’aventure, la nouveauté, la surprise. Cette personne doit être drôle, avoir des projets et des passions, être fiable, fidèle, capable de bien embrasser, de bien faire l’amour, et de nous deviner – un mélange de complicité et de complément - amant(e), meilleur ami(e), confident(e), etc.

 

Sans oublier que la sexualité d’aujourd’hui – « ce n’est plus quelque chose qu’on fait, mais quelque chose qu’on est ».

 

« Tous ses nouveaux éléments sont déjà assez compliqués à trouver en une seule personne…comment ne pas admettre qu’on est dans la démesure ?! »

 

 

Comment recréer l’équilibre après

 

Actuellement nous traversons une époque d’une grande importance – le « JE » - l’individu et l’individualisme obligent notre société à revoir ses attentes face à nos valeurs personnelles et communes – entre le moi et mes besoins et celle de l’autre.

 

Ce courant aide les gens à prendre conscience de leur propre importance dans la vie – tout en considérant celle de l’autre. Du moins, c’est l’objectif…

 

Présentement, on tente de recréer l’équilibre à partir du vieux pour créer un modèle plus actualisé du couple sauf qu’on n’a pas encore trouvé le bon trait d’union à mettre entre les deux.

 

 

Le but : passer d’un modèle du couple utile vers l’un plus agréable

 

Pour y arriver : « Rappelons-nous que tous nos apprentissages personnels doivent nous servir – Le JE – ce moi qui a pris le temps de trouver le bonheur et de se sentir bien et heureux ne doit pas créer autour de lui, une forteresse de fausses raisons l’écartant de son projet d’aimer une autre personne que lui-même – du moins, pas avant d’être vraiment convaincu de n’avoir rien à apprendre d’elle ».

 

 

JE dois découvrir le sens que JE souhaite apporter à mon couple.

 

Pour ce faire, le « JE » - l’individu en vous, dois dépasser ses propres préjugés. Il y a une remise en question à faire – à retravailler, clarifier des visions simplifiées, trop optimistes ou trop pessimistes de la vie de couple.

 

Chaque personne célibataire actuelle doit faire sa part en participant au développement du nouveau modèle du couple - et pour y arriver, il faut que ce courant individualiste puisse servir à l’ouverture vers de nouveaux compromis.

 

C’est-à-dire que les célibataires vont devoir faire des concessions. La vie de couple est composée uniquement de microcompromis. Un pacte incontournable qui nous oblige à tenir compte des attentes, désirs et besoins de l’autre...aussi.

 

 

La question qui tue

 

Une personne qui est seule à peut-être fait le choix volontaire de ne plus faire de compromis?

 

 

Réflexion

 

Est-ce que c’est pour cette raison que les célibataires préfèrent rester seuls, soi-disant parce qu’ils refusent de se contenter en 2018 ? Cette alternative expliquerait pourquoi la barre de leurs critères est démesurément élevée – mais n’expliquerait pas pourquoi ils sont aussi nombreux à être inscrits sur les sites de rencontre?

 

Le but n'est pas de prendre le premier venu ou de se contenter, mais bien de choisir le plus grand bien entre l'attration physique et l'amour. Les exigences de l'un et de l'autre vont finir par tuer la relation quoi qu'il arrive, alors aussi bien penser à long terme et assouplir vos exigences.

 

Inconsciemment – on sait tous au fond de soi : « qu'il y a une part de soi qui ne se révèle qu’à travers l’autre » - on nourrit tous l'espoir de trouver notre moitié - alors revenons-en à la question essentielle : Qu'est-ce qu'on est en droit d'exiger d'une seule personne ?

 

 

Conseils utiles

 

Prenez le temps de relire votre liste de critères. 

 

Ensuite, demandez-vous comment vous vous sentiriez si vous étiez en train de lire cette même liste d'attentes, mais qu'elle serait celle de l'autre - est-ce que vous trouveriez ses critères trop exigents face à vous – et ses attentes physiques aussi? Est-ce que ces critères vous donneraient l'impression que cette personne cherche vraiment l’amour?

 

Commencer par parler à votre égo, regardez-vous dans le miroir et trouver des compromis - seul avec vous-même! 

 

La réponse dépend uniquement de vous - quel type de personne vous cherchez pour vivre une relation d'amour?

 

 

Souvenez-vous - cela peut vous aider dans votre réflexion

 

C’est bien d’être capable de dire :

 

« J’ai confiance en moi, je crois, en mes valeurs humaines et à ce que je peux offrir – je sais où je vais, je sais ce que je veux et ce dont je ne veux pas, j’ai de réelles passions et j’ai la chance d’avoir de vrais amis disponibles et fidèles.

 

Mais tout ça…ça n’apporte strictement rien à « l’autre » si vous choisissez de rester dans le JE uniquement. C'est-à-dire que si vous faites votre liste à partir de l’auto-satisfaction, l’auto-sublimation, l’auto-idéalisation…souvenez-vous qu'il n’y a aucune place pour le compromis dans ce discours.   

 

 

Finalement

 

L’important c’est qu’il y a un temps pour apprendre à se connaitre et pour s’aimer soi-même – et qu’il y a un temps pour apprendre à aimer l’autre pour ce qu’il est et ce qu’il peut nous apprendre de plus sur nous-mêmes. »

 

« Ta vie est ton cahier d’école, ne te limite pas dans tes apprentissages ».

 

 

Amicalement,

Marie-Christine Bordeleau

Expert en relation amoureuse

 

Être vieux, n'a pas d'âge - c’est la personne qui n'a plus envie d’apprendre

Être mort, c’est vivre sa vie avec l'impression de n’avoir plus rien à apprendre des autres.

MAIS si vous avez encore des tonnes de choses à apprendre, sur vous, sur l’autre, c’est que vous êtes encore jeune…et vivant !

Partagez sur
Experte en rencontre et relation

 

Marie-Christine Bordeleau vous propose quelques conseils pour vous aider dans votre démarche amoureuse.